NOUS MANQUONS CRUELLEMENT D'AMOUR d'Antoine de la Roche

CRÉATION EN COURS ... 

 

Plaquette du projet

Dossier pédagogique

Photos résidence au 104

Teaser Etoile du Nord

CV de l'équipe




Distribution

Mise en scène  Anne Puisais et Antoine de La Roche
Texte et collaboration artistique Antoine de la Roche 
Vidéo Boris Carré
Scénographie Vojta Janiscka
Assistanat mise en scène Alice Girardet
Interprétation   Stéphane Aubry
  Anthony breurec
  Thomas Cerisola
  Anne Puisais

 


Naissance du projet


Pour ce projet, La Fabrique des petits hasards a réuni des comédiens professionnels et les amateurs de quatre ateliers (associatifs, scolaires, et habitants du quartier). Des interviews et des recherches scéniques avec les participants ont donc été réalisées et proposées à l’auteur Antoine de la Roche, comme base de travail.

Cette première version a été l’occasion pour les amateurs de proposer des déclinaisons sous forme de mise en espace, performances, installations sonores et vidéos exposée dans une configuration installation/performance au Centquatre-Paris. Pour l’équipe artistique un travail d’écriture au plateau nous a permis d’alimenter notre prochaine création afin que l’auteur propose une dernière version du texte au 15 juillet 2017. 


Le texte                                                                                                               


Un adolescent traverse toutes les pièces d’une maison pour trouver la porte de sortie et se mettre à l’épreuve de sa vie. Entre le refus de grandir et la découverte d’un amour puissant incontournable, nous racontons l’histoire d’une émancipation et l’apprentissage d’une violence celle du monde.
 

Extrait

« L’ado :

La chambre, je suis dans ma chambre. Un lit, une armoire, une chaise et un bureau.

La seule fenêtre est orientée nord nord-est ; en hiver à mon réveil la lumière frappe le coin de mon bureau. Tous les matins avant le lycée j’attends ce miracle : par cet impact la lumière crée une ombre, une sorte de tête de chien, la gueule en l’air. Et en un quart d’heure, il semble que la gueule du chien s’ouvre de plus en plus, et apparaît peu à peu un cerbère à trois têtes. Elles semblent chacune hurler.

Les matins ne sont pas reposants pourtant ce ne sont que des ombres. »

 

Les résidences de création


Résidence au théâtre de l’Etoile du nord en février 2017 – Ecriture au plateau

Ce temps de travail nous a permis d’explorer cette matrice pour dégager le propos des éléments de dramaturgie pour la création du texte final. Nous avons pu confronter notre proposition lors de répétitions ouvertes aux publics et partager ensemble des questionnements autour de la construction identitaire. 

                

 

 

 

 

 

 

 


Résidence au Centquatre - En Mai 2017 – Eploration des rapports entre scene et video 

Nous avons pu questionner avec un nouveau regard l’adolescence dans sa recherche de liberté et d’autonomie afin d’alimenter la construction de l’écriture. Nous avons pu interroger l’intime et la multiplicité des points de vue en explorant les rapports entre la scène et la vidéo. Fin mai 2017, une première proposition d’un texte « en l’état » a été proposée à l’équipe, et un texte dit « abouti » au 15 juillet 2017.